EFFE Awards SalonBrussels, 26 September 2019

News

The Last Night of the KlaraFestival

8 September 2006

Après deux semaines de tentation musicale, le KlaraFestival de Flandre se clôture en apothéose et en beauté le 15 septembre avec The Last Night of the KlaraFestival. À huit heures, le Palais des Beaux-Arts ouvre ses portes pour une soirée de Tentations et de Musique finlandaise. L’Orchestre national de Belgique et Okko Kamu ouvrent la soirée avec une ode au finlandais Jean Sibelius et sa Sixième Symphonie. Avec le soliste Kari Kriiku, ils joueront également le tempétueux et lyrique concerto pour clarinette de Magnus Lindberg. Ensuite, Marco Beasley, l’ensemble Accordone et le chœur de chambre Helicon interpréteront La Tentzione del Male, un programme spécialement composé sur le thème de la Tentation. Mais le clou de la soirée sera sans doute le spectacle du chœur masculin Mieskuoro Huutajat, qui nous offrira un clin d’œil sur la tradition chorale finlandaise non pas en chantant mais… en hurlant. Vendredi 15 septembre – Palais des Beaux-Arts - 20h00 Last Night of the KlaraFestival ? Orchestre national de Belgique & Okko Kamu (Jean Sibelius, Symphonie n° 6) ? Kari Kriiku (Magnus Lindberg – Concerto pour clarinette) ? Marco Beasley, Accordone & Chœur de chambre Helicon (La Tentazione del Male) ? Mieskuoro Huutajat (« Chœur masculin chantant à tue-tête ») Tickets: 15€ Tickets et infos : 070/77 00 00 – www.klarafestival.be A partir de 2006, une nouvelle tradition bruxelloise sera instituée : The Last Night of the KlaraFestival. L’ONB et Okko Kamu font honneur aux grands noms de la musique finlandaise. L’humoristique, tempétueux et idyllique Concerto pour clarinette de Lindberg sera interprété par le soliste Kari Kriikku. Les deux Finlandais ont étroitement collaboré à cette œuvre, où domine surtout le son varié de la clarinette. A la manière des personnages d’une pièce de théâtre, l’instrument offre à entendre huit sonorités différentes. Les symphonies de Sibelius ont déjà été amplement proposées dans le cadre du KlaraFestival. A l’occasion de la Last Night, c’est sa Sixième qui a été choisie, pour l’espace qu’elle procure aux nuances, aux colorations et à la pureté de la polyphonie. « Comme l’eau la plus pure » disait lui-même le compositeur. Ensuite, Marco Beasley, l’ensemble Accordone et le Chœur de chambre Helicon présenteront, tout spécialement pour le KlaraFestival, un programme composé sur le thème de la Tentation. Que de beaux chassé-croisés entre les chants spirituels et les diaboliques tarentelles dans l’apaisante La bella noeva. Enfin, en clôture de la soirée, nous assisterons à la singulière prestation des hommes hurlants de Huutajat, qui nous offrirons un échantillon de la tradition chorale finlandaise. Ces chanteurs, vêtus d’un complet trois pièce noir et d’une chemise blanche, interpréterons un copieux mélange de marches, chants ouvriers et extraits d’hymnes internationaux. Orchestre national de Belgique Depuis sa création en 1936, l’Orchestre national de Belgique peut s’appuyer sur une riche carrière et de nombreuses rencontres avec les plus grands chefs d’orchestre et les plus célèbres solistes. Âgé de 70 ans, l’orchestre possède un vaste répertoire d’œuvres instrumentales les plus diversifiées et a toujours eu le souci de se dépasser. Sa réputation et le précieux soutien du public aident l’ONB à réaliser ses objectifs, tout en se posant, chaque année, de nouveaux défis. Grâce à son rayonnement et son implication inestimable, l’ONB est aujourd’hui un acteur capital dans la vie musicale de notre pays. Il ne manque pas d’idées, ce jeune dirigeant finlandais Mikko Franck, qui signe sa cinquième et dernière saison comme directeur musical de l’orchestre. Son travail aura reflété sa politique artistique, axée sur la jeunesse, comme en témoignent les nombreux nouveaux musiciens qui ont rejoint l’orchestre et le choix des solistes invités. En septembre 2007 Mikko Franck passera la main au dirigeant autrichien Walter Weller, qui a déjà été invité à plusieurs reprises cette saison. Okko Kamu Okko Kamu est né à Helsinki en 1946. Enfant de parents musiciens – son père est musicien à l’Orchestre philharmonique de Helsinki, il apprend très tôt le violon. En 1952, le petit garçon de six ans rejoint l’Académie Sibelius, où il se consacre au violon et au piano. Un peu plus de dix ans plus tard, il dirige son propre quartet de cordes, le Suhonen. Mais il a la chance d’être appelé comme soliste par l’Opéra national finlandais, dont il devient, ensuite, le chef d’orchestre. En 1969, Okko Kamu est dirigeant invité de l’Opéra royal suédois et la même année, il gagne le prix Herbert von Karajan à Berlin, qui annonce, pour le chef d’orchestre, le départ d’une grande carrière internationale. Kamu dirige alors les ensembles les plus éminents au monde et est nommé directeur musical de la radio finlandaise et néerlandaise, de l’orchestre philharmonique de Helsinki, de l’orchestre symphonique de Stockholm et de nombreux autres orchestres. En août 2006, le maître joue avec l’orchestre des jeunes d’Asie et l’Orchestre symphonique de Singapour, accompagné par le chœur Ylioppilaskunnan Laulajat (étudiants universitaires chanteurs) et le pianiste Artur Pizarro. Kari Kriikku Kari Kriikku a étudié la clarinette à l’Académie Sibelius chez Sven Lavela et Kullervo Kojo, ainsi qu’en Angleterre chez Alan Hacker et aux Etats-Unis chez Charles Neidich. Kari Kriikku n’est pas seulement soliste ni ne se réserve à la musique de chambre ; il travaille également avec des orchestres internationaux : le London Sinfonietta, l’Ensemble Intercontemporain, l’Orchestre symphonique de Toronto, Sinfonia Lahti, L’orchestre philharmonique d’Oslo, …) et des chefs d’orchestre tels que Esa-Pekka Salonen, Matthias Bamert, Jukka-Pekka Saraste, Osmo Vänskä et Sakari Oramo. En musique de chambre, il a pour collaborateurs, entre autres, Yuri Bashmet, Alexei Lubimov, Natalia Gutman, leQuartet Arditti, le Quartet Borodin, le Vertavo String Quartet, le New Helsinki Quartet… Kari Kriikku est aussi membre fondateur de l’orchestre de chambre Avanti ! et y occupe depuis 2000 la fonction de directeur artistique. Kari Kriikku a une passion pour la musique contemporaine : des compositeurs tels que Magnus Lindberg, Vinko Globokar, Kaija Saariaho, Esa-Pekka Salonen, Pawel Szymanski, Jouni Kaipainen, Jukka Tiensuu, Kimmo Hakola et Benedict Mason ont écrit des œuvres spécialement pour lui. sLa discographie de Kari Kriikku comprend notamment l’intégrale des concertos pour clarinettes du compositeur finlandais romantique Bernhard Henrik Crusell et le Concerto pour clarinette et orchestre de Kimmo Hakola. Marco Beasley Marco Beasley est fils d’un père anglais et d’une mère italienne. Né en 1957, il a reçu de la nature une voix exceptionnelle, pleine de couleur et de timbre. Beasley a grandi à Naples, la ville de la musique. Mais sa passion pour le chant le mène bientôt dans le nord, à Bologne, où il étudie les arts de la scène à l’université. Il développe une préférence pour la musique vocale de la renaissance et pour le baroque. Tandis qu’il étudie la littérature musicale des quinzième et seizième siècles, il redécouvre la musique populaire traditionnelle de l’Italie du Sud. En 1984, il fonde avec Stefano Rocco et Guido Morini, l’ensemble Accordone. Leur premier projet, Lo Tasso Napolitano, en 1991, révèle clairement l’influence du dramatique. Dès ce moment, le mélange de musique et de drame sera un élément récurrent de l’œuvre de l’ensemble Accordone. Le chœur de chambre Helicon Le chœur Helicon a été créé au début des années quatre-vingt dans les cercles estudiantins de Louvain. En 1987, il a déménagé vers Lier, port d’attache de Geert Hendrix. Dès le départ, le chœur cherche la qualité. En 1989, il réalise un concert des plus grandes cantates de Bach. Mais le chœur interprète souvent également des œuvres de musique de chœur du 20è siècle, notamment de Vic Nees et Distler. Lors de sa participation aux concours de chœur provinciaux, Helicon a été classé dans la première catégorie. Dans les années nonante, il a donné à entendre plusieurs grandes œuvres, dont Die Schöpfung de Haydn, Ein Deutsches Requiem de Brahms et le Requiem de Verdi. Pour ces projets plus grands, Helicon a souvent travaillé avec d’autres chœurs tels que Musica Nova, Audite Nova, Capella Antwerpen et Waelrant. Ces dernières années, le Weihnachtsoratorium de Bach figurait souvent à son programme, aux côtés d’autres pièces imposantes comme le Requiem de Mozart. Mais Helicon ne boude pas la musique contemporaine pour autant : en 2004, Jan Vander Roost a composé un morceau pour le chœur. Mieskuoro Huutajat Mieskuoro Huutajat a été créé en 1987 à Oulu. L’idée est née un peu par hasard. Vingt hommes enfilant un costume trois pièces sur mesure s’exercent à hurler des marches, des chants patriotiques et des chants chorals finlandais. Le 6 décembre, jour de l’indépendance de la Finlande, ils se donnent pour la première fois en public. La presse réagit avec enthousiasme et le chœur compte vite trente membres. En 2003, le metteur en scène Mika Ronkainen établit un portrait de ces hommes hurlants (Screaming Men). En 2005, Huutajat est invité au concert anniversaire du festival de la chanson Eurovision, à Copenhague.